Espaces Lacan

Espaces index


 
Pas de différence une fois le procès engagé entre le sujet qui se voue à la subversion jusqu'à produire l'incurable où l'acte trouve sa fin propre, et ce qui du symptôme prend effet révolutionnaire, seulement de ne plus marcher à la baguette dite marxiste.
Nous sommes pas peu fier, qu'on le sache, de ce pouvoir d'illecture que nous avons su maintenir inentamé dans nos textes pour parer, ici par exemple, à ce que l'historialisation d'une situation offre d'ouverture, bénie, à ceux qui n'ont de hâte qu'à l'histrioniser pour leurs aises.
Donner trop à comprendre est faire issue à l'évitement, et c'est s'en faire le complice que de la même livraison qui remet chacun à sa déroute, fournir un supplément d'Ailleurs pour qu'il s'empresse de s'y retrouver.
Nous fussions-nous si bien gardé à approcher ce qui s'impose d'avoir situé l'acte psychanalytique : d'établir ce qui, lui-même, le détermine de la jouissance et les façons du même coup dont il lui faut s'en préserver? On en jugera par les miettes qui en sont retombées sur l'année suivante.
Là encore nous ne trouvons pas d'augure nul que la coupure se soit faite pour nous en dispenser.
Que l'intérêt reste en deçà, pour ne pas manquer à ce qui prolifère d'ignorer simplement un lemme comme celui-ci, par nous légué, du passage : à l'acte, de ce séminaire, "qu'il n'y a pas de transfert du transfert". C'est bien pourtant à quoi bute sans la moindre idée de ce qu'il articule, le rapport d'un prochain Congrès (cf. "The non-transference relationship", in I.J.P., 1969, part.I, vol.50).
Si n'était pas irrémédiable de s'être employé dans le commerce du vrai sur le vrai (troisième de manque), ce congrès de Rome eût pu recueillir un peu plus de ce qui, une fois, de la fonction comme du champ que détermine le langage, s'y est proféré en acte.
                     (Compte-rendu du séminaire L'Acte psychanalytique, tenu en 1967-1968, in Ornicar ? n°29, pp.24-25)

                   - 2nde séance, avec Catherine Alcouloumbré
Lacan ouvre le concept de l'Acte, dans son séminaire qu'il tient en 1967-68, or il a été, comme vous le savez, interrompu par le déchaînement hautement salubre de mai 68, ce qui a laissé heureusement quelques traces. S'il émettait quelque regret d'avoir, ce séminaire, à le suspendre, ce regret, disait-il lors d'une conférence qu'il tint peu après en juin 68, n'était pas sans aller avec quelque satisfaction, puisqu'aussi bien son discours n'avait pas été interrompu par n'importe quoi, mais bien par quelque chose qui lui semblait mettre en jeu quelque dimension qui n'était pas tout à fait sans rapport avec l'acte, avec l'acte dont il traitait dans son séminaire, l'acte qui était par Lacan proposé, qui était destiné aux psychanalystes, afin de leur permettre à eux et du même coup aux autres, je cite : "une plus juste estime du poids qu'ils ont à soulever quand quelque chose, précisément, marque une dimension de paradoxe, d'antinomie interne, de profonde contradiction, qui n'est pas sans permettre de concevoir la difficulté que représente pour eux d'en soutenir la charge."